Boire de l'eau - Quelle eau faut il boire ?

L'eau revêt une importance considérable pour notre organisme. Elle en est même la principale constituante. Dans  un organisme adulte, elle représente 65%, soit environ 45 litres d'eau pour une personne de 70 kg. On comprend aisément pourquoi on ne peut vivre sans eau. Plus une personne sera maigre plus la proportion dans son organisme est importante.

L'âge a également une incidence sur notre taux hydrique; plus nos tissus vieillissent plus ils se déshydratent, plus l'eau est remplacée par la graisse. C'est dans le plasma sanguin que la concentration d'eau est la plus forte (9O%). Le cœur et le cerveau sont également très riches en eau.

Nous ne pouvons stocker l'eau. Nous en éliminons régulièrement par l'urine, la respiration, la transpiration. Nos apports sont liés à l'eau que nous buvons, aux aliments ainsi qu'à la respiration. C'est la soif qui nous avertit d'un état de déshydratation, car la perception de soif s'altère. Les canicules sont parfois fatidiques aux personnes âgées. N'attendez pas d'avoir soif.

Le soif nocturne correspond à une digestion qui s'achève durant le sommeil, la soif du matin elle est révélatrice d'émonctoires qui ont insuffisamment travaillé la nuit.

La part la plus importante de l'eau, les deux tiers; se trouve à l'intérieur de nos cellules (eau cellulaire), mais également au niveau de l'espace intercellulaire, l'autre tiers (eau extra cellulaire dite libre); L'eau a donc plusieurs fonctions:

  • elle participe aux réactions chimiques,

  • elle facilite le transit,

  • elle élimine les déchets-métaboliques,

  • elle lubrifie les articulations,

  • elle humidifie les muqueuses,

  • et elle permet une température constante de notre organisme.

Les liquides de notre organisme circulent à des vitesses différentes. C'est évidemment le sang qui est le plus rapide: une minute lui suffit pour faire le tour de notre organisme. Les sérums intra et extra cellulaires sont eux moins rapides.

C'est l'intestin grêle qui est l'organe essentiel de l'absorption de l'eau. Dans l'organisme l'eau peut exister sous deux formes : l'eau libre qui permet les réactions biochimiques nécessaires à la vie tissulaire et l'eau liée. Pour cette dernière, si nous prenons par exemple le tissu conjonctif, l'eau est liée aux fibres de protéoglycanes : elle est ordonnée en cristaux, elle a un rôle de support et d'information. Un tissu conjonctif sain est riche en protéoglycanes et garde son eau liée en réserve. Lors d'une tumeur cancéreuse les protéoglycanes perdent leur capacité nocturne à capter l'eau des tissus conjonctifs interstitiels entraînant des urines nocturnes abondantes, d'autant plus fortes s'il y a chimiothérapie. Lorsque les protéoglycanes sont altérée par une tumeur, on retrouve alors autour de celle-ci une solution d'acide hyaluronique (eau libre) au lieu du gel structuré des protéoglycanes (eau lié).

Quelle eau boire ?

  • L'eau du robinet

Afin de diminuer les risques liés à l'ingestion de l'eau contaminée par des bactéries ou des virus, les pouvoirs publics procèdent à une désinfection. Celle-ci peut être obtenue par des dérivés du chlore, de l'ozone, mais également des ultra-violet.

Les sous produits de chloration de l'eau, selon les études de l'Institut de veille sanitaire, sont dangereux s'il leur dosage n'est pas maitrisé, et son cancérigènes.

Le chlore est un décapant de la flore intestinale. Il stérilise le colon en tuant les bonnes bactéries autant que les mauvaises. il contribue à détruire une flore équilibrée. Le chlore est un puissant oxydant qui amoindrit le système immunitaire. D'après Louis Claude Vincent de la bioélectronique (pris en compte du ph, de l'oxydoréduction et de la résistivité) la chloration de l'eau induit un terrain biologique favorable à l'apparition de maladies dégénératives.

  • Les eaux en bouteille

Nombreuses sont les personnes qui pensent que l'eau en bouteille est sûre, pourtant ce n'est pas le cas.
Dans une étude très récente deux chercheurs de l'université de Goethe, Wagner M. et Oehlman J. ont sélectionnés vingt emballages plastiques d'eau minérales. Tous ces emballages contiennent du PET (polyéthylène téréphtalate) y compris dans les briques de boissons.

Une autre étude allemande à analysée 48 eaux de source embouteillées, les résultats ont démontrés une présence d'antimoine qui un élément chimique utilisé comme catalyseur de polymétrisation du PET.

  • Il existe des systèmes de filtration d'eau, l'osmose inversée semble être une des meilleurs solution.

  • Plus l'eau sera pure et neutre meilleure elle sera.


Si vous n'avez pas d'autre possibilité que de boire de l'eau en bouteille, veillez à ce qu'elle présente un résidu à sec à 180°, le plus bas possible, inférieur à 100. Les eaux de sources de montagne sont les plus pures. Les eaux chargées ou eaux minérales sont à éviter. (sauf en cure et à court terme et sur avis médical)

Non l’arthrose n’est pas causée par l’usure du cartilage

 On imagine souvent que l’arthrose est causée par l’usure du cartilage, au point de jonction entre les os. A force de frotter l’une contre l’autre, les deux surfaces de cartilage finiraient par s’éroder.

C’est une vision sympathique mais naïve. Voici comment les choses se passent réellement :

Le cartilage est une couche mince (quelques millimètres au plus dans les plus grosses articulations) qui recouvre le bout des os et qui joue le rôle de « pneu » de l’articulation. Sa surface ferme et élastique est très lisse. Le cartilage est de plus imbibé de synovie, le liquide articulaire, présent normalement en très petite quantité, et de consistance filante (comme du blanc d’œuf). Cette synovie est si efficace comme lubrifiant, que le cartilage glisse plus facilement sur le cartilage adjacent qu’un patin sur la glace !

Lorsque vous avez de l’arthrose, votre cartilage s’amincit puis disparaît. Mais ce n’est pas à cause de l'usure.

Au contraire : le cartilage n’étant pas irrigué par des vaisseaux sanguins, sa seule façon de se

procurer des nutriments pour se renouveler, est que la synovie y pénètre et y circule, car c’est dans la synovie que se trouve la « nourriture » des cellules productrices de cartilage. Or, cela ne se produit que sous l’effet des pressions provoquées par les mouvements : compressé puis relâché, le cartilage, un peu à la manière d’une éponge, s’imprègne puis expulse la synovie, se chargeant au passage des précieux nutriments qu’elle contient.

Ainsi, plus vous bougez, plus vous utilisez vos articulations, mieux votre cartilage est irrigué renouvelé !

C’est le miracle du cartilage, qui ne s’use que lorsqu' on ne l’utilise pas.

Ainsi, bien souvent, le sportif qui souffre d’arthrose accuse le peu de sport qu'il a pu faire jeune alors que le vrai responsable est en fait la décennie d’inactivité récente.

Lorsque vous avez compris ça, vous avez une avance immense sur les autres personnes qui souffrent d’arthrose. Non seulement vous éviterez les erreurs les plus communes des personnes qui veulent se prémunir de l’arthrose, mais vous avez les outils pour suivre une vraie stratégie efficace.

C'est une toute nouvelle théorie sur les vraies causes de l’arthrose. Car vous allez voir, sur le sujet de l'arthrose, l'effet de poison, ou de médicament, selon les choix que vous ferez.

Selon le Dr Cheras, un professeur de médecine australien, l’arthrose est causée par la qualité de votre sang, exactement comme les maladies cardiovasculaires.

Les études épidémiologiques (études sur le nombre de personnes touchées par des maladies) indiquent un lien entre les deux maladies.


Une étude a montré que les personnes ayant de l’arthrose dans les articulations de la main avaient 40 % de risque en plus de mourir de maladie cardiovasculaire. Une étude menée par le Professeur Cheras a montré que les facteurs de risque annonçant une maladie cardiovasculaires, en particulier les problèmes de coagulation et de fluidité du sang, annonçaient aussi (dans une moindre mesure) l’arthrose.

Ce phénomène pourrait s’expliquer par le fait que l’extrémité des os, juste en dessous du cartilage, sont irrigués par des capillaires (vaisseaux sanguins extrêmement fins). Selon une récente revue d’études, cela pourrait jouer un rôle clé dans le déclenchement et la progression de l’arthrose.


En fait, l’arthrose ne serait pas causée par la destruction du cartilage, mais par la mort des cellules de l’os, à l’endroit du cartilage, due à une mauvaise irrigation sanguine. On appelle cette partie de l’os « os subchondral ». L’interruption de l’irrigation sanguine entraînerait une baisse des apports en nutriments des cellules osseuses. Après la mort cellulaire, l’os se résorberait, se fissurerait, et le cartilage délicatement posé dessus serait affaibli puis endommagé et détruit.

Source: sain et naturel

 

Synthèse: il est clair ici que ce sont les micro-capillaires qui doivent être sollicités afin de pouvoir apporter les nutriments nécessaires au bon fonctionnement des cellules. Et c'est le rôle de la thérapie Z Violyne qui stimule la vasomotion des micro-capillaires, et agit sur l'information cellulaire.